Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 19:40

  Merci à cette chére  Zorica Sentic parti trop jeune...  

BUREAU-6578-2-.jpg

de nous transmettre ces magnifiques photographies de David Kowalski

 

DAVID-KOWALSKI.jpg

 

DK2.jpg

 

DK3.jpg

 

DSCF8678-copie-1.jpg

 

DSCF4922-copie.jpg

 

DSCF1222.jpg

 

David Kowalski 

                            Nice      
 
Repost 0
Published by POEMES_EPARS - dans Photographies d'Art
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 22:15

blandine-5.JPGblandine-4-copie-1.JPGblandine-3.JPGblandine-1.JPG

blandine-2.JPG

Photographies Blandine du Parc
 
 
tél.  06 79 80 25 28
Repost 0
Published by POEMES_EPARS - dans Photographies d'Art
commenter cet article
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 07:19

peauxdarbres.jpg

Repost 0
Published by POEMES_EPARS - dans Photographies d'Art
commenter cet article
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 15:52

Marie-L.jpg

Aux nuits de la luciole

 

Marie L, « Porte 8 », Editions United Dead Artists, Paris,  non paginé, 2012

 

 

 

Existe-t-il d'autres passages que par la "porte 8" ?  Non sans doute pour celle qui parfois n'appartient plus à personne sinon au monde nocturne.

 

Dans le local où elle descend Marie L devient la mélancolie du monde. La soie de son corps n'est revêtu que de belles chaussures à talons hauts. Ce corps semble soudain glisser de son fantôme. Il se fait charpie et bloc. De son visage on ignorera tout. L'auteure se veut rough girl, tord le cou aux fantasmes tout en les attirant. D'une photo à l'autre un rythme s'éventre, remonte, rampe, Typhon, cyclone, trombe dans ce corps muet, accroupi, allongé. Hiératique. Mais sensuel aussi. Il semble à sa manière danser au sein l'auto-fiction plastique que Marie L invente à la nuit tombée, au fond de son immeuble.

 

Que penseraient les autres locataires s'ils savaient ce qui se passe sur le béton du local à poubelles ? Sans doute lâcheraient-ils les chiens là où le violent scelle. L'artiste remue, se tord devant son appareil. Cela tient d'un rituel tragique, d'une cavale masochiste et magique. Marie L fait sauter le loquet des lois. Le nu c’est l’alibi. Pour mieux s’exécuter, obéir à soi-même pour paradoxalement ne pas se ressembler. Etrange, étrange appel et mortification idem. Tenter tout  : de face, de profil, de dos jusqu'à sucer le béton.

 

 Après, dormir beaucoup. Mère perdue, fille trouvée. Voir l’ombre de son sexe vaguement se dessiner, surgir, s’avancer. Mais est-ce bien  une ombre ?  Le corps brisé, prêt à se déboîter vient là pour se recomposer  et supporter l'existence.  À l’heure dite, toujours la même, le local se métamorphose en sa forêt des songes. Marie L y réinvente son cri. Silencieux ce cri pour éviter les soupçons de voisinage. Remuant les jambes pour s'agenouiller elle ose se faire larve pour se disséquer. Pour s’écarter du temps et de tout ce que le réel empêche de penser.

 

Les photographies du trou noir du lieu deviennent phosphoriques. Une force de vie en remonte à mesure que Marie L s'y enfonce, donnant – donnant tout , offrant son corps au royaume des ombres dans la nudité.

Faible lumière diffuse

Corps secoué jusqu’au dernier frisson

Reste sa colonne dernière.

Sa descente aux enfers

Hors de la vie ?

Hors du corps ?

Pas loin de son esprit.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Repost 0
Published by POEMES_EPARS - dans Photographies d'Art
commenter cet article
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 15:16

CARTON-BLANDINE-LYON-recto.jpg

CARTON-BLANDINE-LYON-verso.jpg

Repost 0
Published by POEMES_EPARS - dans Photographies d'Art
commenter cet article

Recherche